Nos ancêtres connaissaient-ils la musique ?



Cet article est extrait du n°204 des Indispensables de Sciences et Avenir, daté janvier/mars 2021.

Les plus vieilles traces de pratique musicale connues remontent à environ 43.000 ans. La palme de l’instrument le plus ancien reste toutefois disputée. Tenantes du titre : trois flûtes en ivoire de mammouth et os de cygne découvertes en 2012 dans la grotte de Geisenklösterle, en Allemagne. Quant à la prétendante, il s’agit d’une flûte fabriquée par des Néandertaliens à partir d’un fémur d’ours et trouvée à Divje Babe, en Slovénie, en 1995. De nombreux experts estiment cependant que les deux trous visibles dans cet os ont pu être percés par les crocs d’un carnivore.

“L’ethnographie suggère que les activités musicales gagnaient en importance en période de menace pour la survie”

Si la musique a pu alors servir de divertissement, elle avait peut-être également une fonction pratique lors de la chasse, pour communiquer ou leurrer des animaux. Iain Morley, de l’université d’Oxford, en Grande-Bretagne, a utilisé la méthode de l’analogie ethnologique, qui consiste à associer aux données archéologiques les comportements observés chez des tribus de chasseurs-cueilleurs modernes.

“L’ethnographie suggère que les activités musicales gagnaient en importance en période de menace pour la survie, et qu’elles véhiculaient des perceptions rituelles du monde, écrit-il dans un rapport de recherche pour le Darwin College. Les comportements musicaux apparus au paléolithique nous paraîtraient familiers.” Une chose est sûre : comme aujourd’hui, la musique a permis de renforcer les liens culturels entre les individus au sein de vastes groupes.

Par William Rowe-Pirra



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.