Nos empreintes digitales rendent notre toucher plus sensible


Les empreintes digitales pourraient avoir une fonction essentielle dans la grande sensibilité de notre sens du toucher, d’après une nouvelle étude dans le Journal of Neuroscience.

Des empreintes uniques

Nos empreintes digitales sont considérées comme uniques. En effet, le risque que deux individus aient les mêmes est d’environ un sur 100.000 milliards. Même les vrais jumeaux ont des empreintes digitales différentes, preuve qu’elles ne dépendent pas uniquement de la génétique, mais aussi de facteur environnementaux divers comme la position du fœtus dans le ventre de la mère.

Les dessins sur nos doigts qui laissent des empreintes digitales sur les surfaces que l’on touche se nomment des dermatoglyphes. Ils sont caractérisées par des crêtes, ces petits bourrelets de peau formant des lignes, qui eux-mêmes sont disposés selon des motifs appelés des “minuties”. Delta, boucles, arcs, anneaux, bifurcations ou interruptions de ligne sont des exemples de ces minuties.

Le bout des doigts est fortement innervé

Ces dermatoglyphes sont fortement innervés, puisque la main contient des dizaines de milliers de terminaisons nerveuses sensorielles. Mais quelle est exactement la sensibilité que confère chacune d’entre elle ? Les chercheurs canadiens supposent que lorsqu’on regarde chaque zone de sensibilité que recouvre un neurone, leur taux de recouvrement est plus significatif que la distance qui sépare leurs centres respectifs.

Pour le vérifier, les chercheurs se penchent sur 12 femmes et hommes adultes en bonne santé et confortablement assis sur un fauteuil de dentiste. Leur bras est immobilisé, et un robot fait passer sur le bout de leurs doigts une surface lisse ponctuée de petites bosses de 0,4 mm de hauts. Inséré dans leur avant-bras, un capteur mesure la réponse nerveuse générée par le toucher.

Les zones de sensibilité des neurones sont liés aux crêtes des empreintes

L’équipe de recherche a alors pu en déduire les zones de sensibilité des neurones sensoriels et les a cartographiées sur les empreintes digitales. Ils s’aperçoivent alors que la largeur des zones de sensibilité correspond à la largeur d’une seule crête d’empreinte digitale, soit 0,4 mm. Une distance effectivement plus courte que le millimètre qui sépare les centres de ces zones, confirmant leur hypothèse.

Projection des zones de sensibilité sur l’empreinte digitale lorsque le bout du doigt entre en contact avec une surface plane. Crédits : Ewa Jarocka/J Andrew Pruszynski/Roland S Johansson/ JNeurosci

Dans chaque zone de sensibilité, les neurones associés “mesurent des événements mécaniques limités à une seule crête papillaire“, concluent les auteurs. L’ancrage de ces zones aux crêtes est confirmé par leur immuabilité à différentes vitesses et directions de balayage.

Les zones de sensibilité de chaque neurone se chevauchent

De plus, les chercheurs observent que les zones de sensibilité des neurones se chevauchent fortement. Ainsi, lorsqu’un objet est touché, le groupe de neurones stimulé varie en fonction de légères modifications du stimulus, nous conférant une sensibilité importante à la texture, la pression ou encore la vibration.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.