Panama : une institutrice délaisse l’ordinateur pour la pirogue


Dans son canoë, Madelaine progresse lentement sur la rivière Chagres : elle conduit l’institutrice Graciela Bouche à la rencontre de ses élèves d’une communauté indigène qui, faute de connexion, ne peuvent pas suivre les cours par internet.

La rivière Chagres, qui se jette dans le Canal de Panama, lui permet d’atteindre en une quinzaine de minutes les communautés indigènes vivant dans la région de Gamboa (province de Colon, côte caraïbe).

Le temps est calme, le ciel dégagé avec quelques nuages, et malgré un vent contraire Graciela débarque sans encombre au port des Ella Puru, des autochtones de l’ethnie embera.

“Les problèmes de connexion” empêchent les enfants de la communauté de suivre les cours comme les autres élèves, explique-t-elle.

Equipée d’un tableau noir et d’un ordinateur portable, l’institutrice âgée de 37 ans n’a pas oublié d’embarquer de la nourriture pour les enfants, dont la communauté souffre cruellement de l’absence de touristes, sa principale ressource.

Des enfants autochtones Embera vont à l'école avec l'enseignante panaméenne Graciela Bouche (hors cadre), dans la communauté d'Ella Puru Embera, dans la province de Colon, au Panama, le 9 mars 2021 (AFP - Luis ACOSTA)

Des enfants autochtones Embera vont à l’école avec l’enseignante panaméenne Graciela Bouche (hors cadre), dans la communauté d’Ella Puru Embera, dans la province de Colon, au Panama, le 9 mars 2021 (AFP – Luis ACOSTA)

Avant la pandémie, les enfants allaient à l’école dans la capitale, après un périple en pirogue puis en bus.

“Avec le téléphone, parfois on n’a pas de connexion, parfois on n’a pas accès aux données, ou alors je n’ai pas de crédit pour connecter mon enfant”, explique Evelyn Cabrera, une jeune mère de 27 ans.

L'enseignante panaméenne Graciela Bouche (C) fait cours aux enfants indigènes Embera dans la communauté d'Ella Puru Embera au Panama, le 09 mars 2021 (AFP - Luis ACOSTA)

L’enseignante panaméenne Graciela Bouche (C) fait cours aux enfants indigènes Embera dans la communauté d’Ella Puru Embera au Panama, le 09 mars 2021 (AFP – Luis ACOSTA)

“La connexion, c’était très difficile, surtout pour nous, les indigènes”, renchérit Johnson Menguizama, un père de famille âgé de 50 ans.

– Maison “royale” –

Aussi, Graciela n’a fait ni une ni deux lorsque les restrictions de déplacement ont été levées au Panama, lui permettant d’aller à la rencontre de ses élèves une fois par semaine. L’institutrice se charge aussi de coordonner les cours avec les professeurs de mathématiques ou d’anglais.

Dans le village, Graciela fait la classe à une trentaine d’enfants, dans le De Ara, une maison “royale” traditionnelle en amphithéâtre faite de poutres et coiffée d’une toiture de feuillage.

Autour de “l’école” les mères attendent, vêtues de leurs jupes traditionnelles de couleurs vives, la tête ornée d’une parure fleurie.

Vue aérienne de l'enseignante panaméenne Graciela Bouche (en haut) emmenée par une femme indigène Embera sur un bateau

Vue aérienne de l’enseignante panaméenne Graciela Bouche (en haut) emmenée par une femme indigène Embera sur un bateau “piragua” sur la rivière Chagres, dans la communauté d’Ella Puru Embera, province de Colon, Panama, le 09 mars 2021 (AFP – Luis ACOSTA)

“Ce n’est pas n’importe qui qui fait un tel effort. La traversée de la rivière est un peu longue et dangereuse, mais elle le fait parce qu’elle aime les enfants”, salue Evelyn.

A midi, l’institutrice quitte le monde réel et retourne à la ville et à ses cours virtuels pour les petits citadins.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.